24/04/2012

Tout plaquer et partir

Il fallait bien que ce jour arrive. A force de stagner dans ma vie, dans mon job, dans mon couple, j'en ai eu marre finalement. Hier, j'ai déposé ma démission. Fin juillet, je m'envolerai pour de nouvelles aventures: l'Inde, le Népal, puis la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam. Combien de temps? On verra. Peut-être qu'une opportunité de job, ici ou ailleurs, se présentera, peut-être qu'on se séparera et je n'aurais alors plus de raison de revenir rapidement. On en a beaucoup parlé. F. l'a fait il y a trois ans, ça a été la plus belle expérience de sa vie. Et tous ceux qui sont partis disent la même chose. Alors c'est à mon tour de voir. Je laisse mon amour ici, ce sera dur, j'aurais peur qu'il me trompe, mais c'est comme ça. Depuis le temps qu'il me dit qu'il n'est pas prêt à s'engager, peut-être que je lui manquerais et que cela fera du bien à notre couple. Il me rejoindra en novembre pour un mois.

Alors pour l'instant, je suis encore en état de choc, mais je vais avoir bien des choses à organiser d'ici juillet, je serais bien occupée. Peut-être que j'ouvrirais un blog de voyage. Si oui, je vous mettrais l'adresse en lien. En attendant, je remercie déjà F., mes amis et ma famille qui devront supporter ma nervosité les prochaines semaines!





20:18 Écrit par Titemel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

12/01/2012

Opération lasik 6 mois plus tard

Comme il y a pas mal de gens qui atterrissent ici en aillant cherché "opération lasik" sur google, il est temps de raconter l'évolution.

C'est juste incroyable la différence! Une nouvelle vie! J'ai bien profité de la fin de l'été, d'aller nager avec la tête sous l'eau en voyant quelque chose, sans craindre de perdre une lentille! Les premières semaines sont un peu pénibles avec les gouttes à se mettre à intervalle régulier. Des gouttes que je continue d'utiliser aujourd'hui car le travail sur ordinateur n'a aucune pitié pour les yeux. Et pour les vacances, c'est génial, pas de produit à se trimballer, pas de lunettes horribles à porter dans les aéroports, à enlever quand on passe devant le douanier...

Quant à la correction, je vois à 100% avec le gauche. Malheureusement, l'oeil droit a bougé, je vois flou au loin avec, je dois beaucoup me concentrer pour lire un panneau sur la route. Je savais que ça pouvait arriver, c'était un risque. ça m'embête car ça me dérange, mais je ne veux pas faire re-opérer (des sous, encore des sous, toujours des sous...). Mais ça reste toujours mieux qu'auparavant. Si c'était à refaire, je le referais demain!

21:19 Écrit par Titemel dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

28/07/2011

L'opération lasik

J'ai hésité à rédiger ce post, parce que je ne veux pas vous faire peur et que vous renonciez à cause de moi. Le plus important: c'est génial, je vois à 100%!!! C'est-à-dire, je peux lire toutes les petites lettres du tableau, sans hésitation. Incroyable, même avec les lentilles, la dernière ligne restait pratiquement indéchiffrable.

Lundi matin, 9h45. Mon père m'a finalement accompagnée, et je dois dire, heureusement. Il se tenait dernière moi pour pas que je m'enfuie. J'ai fait les papiers, puis attendu en feuilletant distraitement un magazine de juin 2010. Puis, l'infirmière est venue me chercher. Et là, d'u coup, j'ai paniqué, coeur à 150, larmes. Elle m'a préparée, charlotte sur les cheveux, blouse, désinfection. Et c'est parti. Après avoir anesthésié les yeux avec des gouttes, le chirurgien a dessiné dessus, les axes à corriger.

Couchée sur la table d'opération, les larmes de peur coulaient. Il m'a dit: "Si vous continuez de pleurer, je ne pourrais pas vous opérer." LOL! Alors une infirmière m'a tenu la main tout du long, et j'ai vraiment apprécié! Un tissus stérile ne laissait qu'un oeil dehors, sur lequel il a mis une pince pour qu'il reste ouvert. J'ai demandé d'une voix faible: "Mais je croyais qu'on nous donnait un calmant avant?" Ils avaient oublié... (ATTENTION NE PAS LIRE CE QUI SUIT SI VOUS ETES SENSIBLE ET ALLEZ ETRE OPERE). Ensuite, avec une ventouse, il a extrait l'oeil de l'orbite, découpé la cornée pour l'ouvrir. Pendant un instant, j'étais aveugle, puis c'est revenu peu à peu, très flou. Il m'a demandé de fixé un point vert. Facile à dire, y avait juste un halo. Puis il m'a dit: "Ne bougez plus d'un pouce, j'enclanche le laser." Un seul petit mouvement et j'étais cuite, je retenais ma respiration. 10 secondes pour la myopie (non, en fait aucune notion du temps), pause, cinq secondes pour l'astigmatie. Refermé la cornée. Puis, pendant un long moment, désinfection avec divers produits. A ce moment là, je ne voyais que le point vert. Il m'a scotché une coque sur l'oeil, puis la même chose avec le deuxième.

Je pensais que j'aurais moins peur avec le deuxième, mais en fait, comme je savais ce qui m'attendait, j'avais encore plus peur, surtout de la ventouse. Mais tout s'est bien passé. En salle de repos, j'avais l'impression d'être passée sous un camion tellement j'étais sonnée. Je l'ai fait! Même si je ne vois encore rien, c'est fait! Mon père m'a ramené à la maison (j'avais prévu de rentrer en train, inconsciente que je suis!), où j'ai dormi tout l'après-midi. Mais dès le lendemain, je pétais la forme! Juste des gouttes à mettre toutes les deux heures la première semaine.

Alors, allez-y, foncez, faites-le. Depuis, je vois les couleurs beaucoup plus intenses, davantage de contrastes, et de nuit, je vois enfin clair! Si vous avez atterri sur mon blog en tapant "opération lasik" dans Google, et que vous avez des questions, n'hésitez pas à me demander!

 

16:24 Écrit par Titemel dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/01/2011

Choupinet

Voici une affaire rondement menée. J'ai cogité longtemps avant de lui répondre. Comme je le fais souvent, je l'ai googelisé et j'ai vu son profil professionnel s'afficher. D'un coup, j'ai eu envie de le revoir, de mettre des mots sur toutes ces années. On a fixé vendredi. Jeudi soir, F. me cuisine un peu sur cet "ami avec qui je vais souper" et à force de me tirer les vers du nez, je lui ai raconté l'histoire... en très gros. Il a été super (comme d'hab) et m'a encouragée à y aller.

Et en fait, ça a été très bien. J'ai retrouvé l'ami que j'avais perdu avec toutes ces péripéties et ces silences qui se comptent en années. On a commencé par un apéro, puis un souper et enfin des bières. On a refait le monde, on s'est chicanés sur de grandes et de petites causes, on a parlé de nos conjoints, de nos envies pour l'avenir et de l'Union européenne. Et lorsqu'il a pris le dernier train, on s'est promis de se revoir plus souvent. J'ai le sentiment que le malaise est enfin passé et qu'on peut repartir sur de bonnes bases. Gosh ce que cette amitié m'a manquée! J'avais oublié combien j'aimais nos grandes conversations!

Puis, j'ai rejoint mon amoureux et me suis endormie heureuse et apaisée dans ses bras. La vie est belle.

20:04 Écrit par Titemel dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/09/2010

Synchronisation

Rendez-vous à 18h, sur une place publique. Je fais exprès d'arriver un peu en retard, pour ne pas être la première. Il est déjà là. Je pose mon vélo. On se sourit, on hésite. Puis on se serre très fort. Et enfin, on s'embrasse. Après trois mois et demi. On est un peu maladroits, empruntés. On ne parle pas d'Haïti, on se raconte des banalités. La soirée est très bizarre, mais globalement, on est contents de se voir. Je repars le lendemain matin avec un sentiment partagé. Puis, plus de nouvelles pendant quelques jours. Jusqu'à un soir où il m'appelle à 22h45 (j'étais déjà presque endormie!), et me demande s'il peut passer chez moi. Et c'est là vraiment qu'on se retrouve, qu'on parle pendant des heures les yeux dans les yeux, qu'il me raconte ses aventures. Un moment unique, où vraiment, enfin, on a l'impression d'être si proches, si en confiance, que plus rien de grave ne pourra nous arriver. Synchronisation réussie. Et depuis, il n'a pratiquement pas décollé de chez moi. M'a gâtée pour mon anniversaire. Je suis si heureuse! ça en valait la peine, même si ça a été très long.


 

17:05 Écrit par Titemel dans Amour | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

05/09/2010

L'âge de la plénitude

J'ai lu, dans un magazine féminin, que selon une étude, l'âge de la plénitude pour une femme, se situe aux alentours de 28 ans. Samedi, j'en fêterai 27, mais je crois que je suis proche de cette plénitude. Car c'est l'âge où on a un métier, une aisance financière mais pas encore de charge, on peut tout s'offrir, voyager, vivre sans soucis. Pour moi, c'est l'âge où je commence à faire la paix avec mon corps et mes rondeurs, à être copine avec moi-même. C'est aussi maintenant que physiquement, on est en pleine forme, les premiers bugs viendront plus tard. C'est l'âge où on prend ses parents pour ce qu'ils sont, qu'on sourit de ce qui nous énervait auparavant chez eux. Et puis aussi, c'est l'âge où l'on commence à moins papillonner, à faire des projets pour l'avenir (pour soi ou à deux), que le désir d'avoir un enfant commence à prendre forme. Dans quelques jours, si tout se passe bien, la plénitude sera totale, dans les bras de mon amoureux. L'attente devient insoutenable, la joie se mêle à la peur. Mais que la vie est belle!

13:26 Écrit par Titemel dans Vie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |